pixel

Les jardiniers amateurs sont aussi concernés :images

Ils utilisent souvent mal les désherbants sans soupçonner les conséquences et les impacts de leurs pratiques sur leur santé, l’environnement et l’eau. Sans le savoir, ils contribuent à la pollution de l’eau et des sols. L’objectif est de les sensibiliser afin qu’ils adoptent des pratiques de jardinage permettant de limiter l’usage des pesticides. A noter que la loi Labbé de février 2014  interdit l’utilisation de produits phytosanitaires par les particuliers à partir de 2022.
Découvrez dans le Guide du jardin sans pesticides, les techniques qui peuvent être utilisées.


Comment agir pour éviter l’emploi des pesticides ?

  - En adoptant de bonnes pratiques.
Le désherbage thermique est une solution efficace pour l’entretien des terrasses et trottoirs. L’eau de cuisson (bouillante) permet d’éliminer les petites plantes. Pour les massifs de fleurs, les paillages empêchent la levée des mauvaises herbes et maintiennent l’humidité au pied des plantes. Les plantes couvre-sol (petite pervenche, sédum, lamier..) permettent également de limiter la pousse des mauvaises herbes.

 - En respectant la règlementation.
Depuis 2006, il est interdit de pulvériser des produits phytosanitaires à moins de 5 mètres d’un point d’eau (rivière, canal,..).Cette interdiction concerne tout utilisateur de pesticides : particuliers, agriculteurs, collectivités... Ne pas traiter les caniveaux, avaloirs, bouches d’égouts ni les fossés (même à sec).
Pour en savoir plus : Guide pour jardiner plus nature, édité par le MEDDE – mai 2014 :